Evocation de l’épisode précédent :

Yveline et William ont trouvé le secret de la recette perdue : sous le chant des crevettes irradiées du Pôle emploi, ils retournent chez eux.


Oh doux foyer foyer citoyen !

La moquette murale, abri de l’acariens compagnon du pelliculeux, n’a pas bougé. Le meuble reste design et précaire, la sono prétentieuse et l’écran plat plat : nous sommes bien dans le cocon de notre célèbre couple.

Mais, oh destin moqueur ; il y a un problème d’échelle !!!

 

episfin


Deux possibilités : 

1 – le monde est devenu géant

2 – c’est notre couple qui est devenu petit


Nous ne le serons jamais car aucun instrument n’a pu mesurer, enregistrer ou prouver cette rareté…




Yveline - Mais les proportions décor/personnage ne sont pas respectées ! 

William - Oui, nous sommes devenus deux petits bourgeois.

Yveline - William, …, tes bons mots… continue ! Dans l’adversité, ils me caressent le moral.

William - Moi ce qui me caresse le moral, c’est cette bouteille géante d’alcool fort et amer : un verre mon petit chicon ?

Yveline - Oui, mais ne tombe pas dans le godet en cristal!

William - Je serai alors comme Obelix : tombé dedans quand j’étais petit

Yvelien - Tu seras surtout très bourré.


Sur ce petit trait de vulgarité déclencheur d’éclats de rire, il est temps de quitter nos amis et laissons les savourer leur rêve atteint : vivre dans une très grande maison…



Tweed rit hors de sa base secrète en lambris et tout vas bien…

 

ln101


Tweed – J’étais coincée dans ma base secrète en lambris depuis dix semaines : j’avais oublié l’emplacement de la porte secrète … et même si j’ai raté l’Eurovision, que je ris, que je ris et tout va si bien que je pars siffler par-là…. fufufufufufufufu….



Point de tristesse : au revoir joli couple, au revoir Tweed, au revoir Estebanc, Rita Tarot et les cités dortoirs…  à bientôt….